Pensées dominicales.

Publié le par Coubertin

Pensées dominicales.

Le championnat de Division d'Honneur faisant relâche ce week-end, effectuons un bref retour en arrière afin d'évoquer un club valeureux au destin administratif injuste et funeste ayant (malheureusement) suivi une trajectoire similaire à celle de l'AS Cannes. En effet, souvenez-vous, il y a deux ans et demi Luzenac, club ariégeois évoluant en National (D III et antichambre du professionnalisme) crevait littéralement l'écran en décrochant sportivement son accession en Ligue 2 le 18 avril 2014 dès la vingt-neuvième journée de championnat ! Exploit retentissant et inédit pour ce petit bourg de moins de sept-cent âmes davantage associé à son talc qu'à son équipe de football. Néanmoins, et alors qu'il s'agissait d'une des plus belles performances footballistiques jamais réalisée par une si petite entité au sein de l'hexagone (voire au niveau européen et peut-être même à l'échelle ... mondiale), la ligue professionnelle usa de tous les artifices (fallacieux) à sa disposition afin d'interdire aux ariégeois d'intégrer le monde du football professionnel. Attitude indigne et proprement scandaleuse de la part d'une instance qui se prétend irréprochable. Nullement soutenue par la fédération française de football (dont les dirigeants eurent un comportement aussi peu reluisant que leurs homologues de la ligue professionnelle) qui lui refusa le maintien en National, Luzenac fut relégué au niveau de son équipe réserve c'est à dire en DHR. A l'instar de ... l'AS Cannes. Et comme la formation rouge et blanche, Luzenac se retrouva promu en Division d'Honneur l'année suivante. Avec ensuite, une fort honorable quatrième place à l'issue de la saison 2015-2016. Aujourd'hui, le club ariégeois se retrouve en tête de son championnat avec quatre succès en autant de journées sans avoir concédé le moindre but. Départ tonitruant qui, nous l'espérons sincèrement, lui permettra de retrouver le championnat de France en mai prochain en compagnie de ... l'AS Cannes et de ses ... incontournables dragons.

Commenter cet article