Une pensée pour Luzenac.

Publié le par Coubertin

Une pensée pour Luzenac.

Il y a quasiment un an, le 18 avril 2014, Luzenac réalisait l'un des plus grands exploits du football tricolore. En effet, ce petit village de moins de 700 habitants décrochait, cinq journées avant le terme de son championnat, une accession méritée en Ligue 2 ! Au nez et à la barbe de tous les prétendants du National. Saluée par tous, cette montée des Ariégeois (seulement connus par les amateurs de talc) ne laissait en rien présager de la suite des événements. Nul ne se doutait alors que les instances fédérales et la ligue professionnelle allaient employer toute leur énergie à détruire le club. Malgré un budget prévisionnel bien établi, malgré un stade mis à disposition du côté de Toulouse, FFF et LFP n'eurent de cesse d'empécher le LAP (Luzenac Ariège Pyrénées) de rejoindre la L2 par le biais de prétextes fallacieux et un prétendu manque de garantie. Si l'on considère que Lens a pu être autorisé à disputer le championnat de Ligue 1 grâce à une hypothétique promesse de don émanant d'Azerbaïdjan, la notion de garantie semble bien relative. Et le manque d'équité sportive et morale, évident. Mais le pire est que nos amis du LAP furent finalement interdits de L2, de National et relégués en ... DHR. Comme l'AS Cannes. Et comme l'ASC, le LAP, actuel troisième de son championnat (à un tout petit point du premier avant les rencontres de ce week-end), n'aspire qu'à un seul objectif. Quitter les limbes et retrouver la lumière. Tous nos vœux de réussite les accompagnent. A Cannes, nous avons une bonne méthode pour cela. Nous faisons confiance à nos dragons.

Commenter cet article